Retour à l'accueil

Votre quotidien

Ce qui a changé au 1er janvier 2019 !  |  E-lettre numéro 56 -

Le début de l’année marque l’entrée en vigueur d’une série de mesures susceptibles d’avoir un impact dans votre vie quotidienne et professionnelle. Tour d’horizon.

 

Revalorisation du Smic

Le gouvernement d’Edouard Philippe a relevé de 1,5 % le salaire minimum interprofessionnel de croissance, appliquant la formule de calcul issue du Code du travail, indique un décret paru le 20 décembre 2018 au Journal officiel.

Le Smic passe donc de 9,88 à 10,03 € brut. Le montant mensuel pour un plein temps (35 heures par semaine, la durée légale de travail) progresse de 1 498,47 à 1 521,22 € brut.

 

Coup de pouce à la prime d’activité

La prime d’activité augmente. Certaines personnes rémunérées au Smic doivent bénéficier d’un coup de pouce de 90 €, pour les versements de la prime intervenant à partir du 5 février. Au total, leurs revenus doivent s’accroître de quelque 100 € par mois, en tenant compte de la revalorisation du salaire minimum.

Les conditions d’éligibilité à la prime sont assouplies. Le seuil de ressources mensuelles pour une personne seule sans enfant passe ainsi de 1 560 € à 1 806 € net, explique la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) dans un communiqué.

Pour savoir si vous avez droit à l’aide, vous pouvez utiliser le simulateur disponible sur le site caf.fr, rubrique « Mes services en ligne ».

 

Exonérations sur les heures supplémentaires

Les rémunérations des heures supplémentaires (complémentaires si vous travaillez à temps partiel) effectuées dans le privé comme dans le public ne sont plus soumises à l’impôt sur le revenu. Elles sont en outre exonérées de cotisations sociales salariales.

La contribution sociale généralisée (CSG), la contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) et les cotisations patronales restent dues sur les heures supplémentaires.

 

Retraite

  • Hausse des cotisations vieillesse

Les fonctionnaires voient leurs cotisations vieillesse progresser de 0,27 point, à 10,83 %.

Les salariés du privé enregistrent les conséquences de la fusion des régimes de retraite complémentaires Arrco et Agirc. Pour la plupart d’eux, les cotisations de retraite complémentaire vont augmenter, à l’exception des cadres aux rémunérations les plus faibles, qui disposaient jusqu’au 1er janvier d’une garantie minimale de points (GMP), supprimée à cette date.

  • Mise en place d’un bonus-malus

Un bonus-malus au moment du départ à la retraite est mis en place pour les générations nées à partir de 1957. Les personnes qui décident de prendre leur retraite à 62 ans ou avant, si elles peuvent se prévaloir d’une carrière longue, ne pourront pas toucher leur retraite complémentaire en entier. Un malus de 10 % sera appliqué pendant trois ans. Si elles repoussent leur départ à 63 ans, elles toucheront leur retraite complémentaire au taux plein. Et si elles travaillent encore plus longtemps, elles bénéficieront d’un bonus pendant un an.

Différentes autres mesures entrent en vigueur dans le cadre de la fusion des régimes Arrco et Agirc. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

  • Annulation de la hausse de la CSG pour certains retraités

L’augmentation de la CSG, entrée en vigueur le 1er janvier 2018, est annulée pour près de la moitié des retraités touchés. Le taux de contribution sur les pensions est en repli de 8,3 à 6,6 %. Pour être éligible à cette mesure, le revenu fiscal de référence (RFR) de votre foyer ne doit pas dépasser certains plafonds.

 

  • Un salaire minimum de 1 504,50 € pour valider un trimestre

Le montant de rémunération pour valider un trimestre d’assurance vieillesse correspond à au moins 150 heures de Smic au titre d’une année civile, en application d’un décret du 19 mars 2014.

Le salaire minimum interprofessionnel de croissance étant fixé à 10,03 € depuis le 1er janvier 2019, un trimestre de retraite est validé à partir de 1 504,50 € de salaire brut (150 x 10,03), soit 6 018 € pour valider quatre trimestres (le maximum par an).

Cette possibilité est ouverte aux assurés dépendant :

– du régime général, celui des salariés du secteur privé ;

– des indépendants exerçant une profession artisanale, industrielle, commerciale ou libérale.

  • Pension de réversion : nouveau plafond de ressources

La revalorisation du Smic entraîne une augmentation du plafond de ressources à ne pas dépasser pour toucher la pension de réversion du régime général, selon une circulaire de la Cnav datée du 27 décembre. Depuis le 1er janvier 2019, il se situe à 20 862,40 € par an pour une personne veuve vivant seule (ou 5 215,60 € par trimestre).

Si vous êtes remarié(e), pacsé(e) ou vivez en concubinage, les revenus du ménage doivent être inférieurs à 33 379,84 € par an (ou 8 344,96 € par trimestre).

 

Augmentation de différentes prestations sociales

L’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa, ancien minimum vieillesse) monte de :

  • 35 € par mois pour une personne seule
  • 54 € par mois pour un couple.

Le revenu de solidarité active (RSA) et l’allocation de solidarité spécifique (ASS), versée sous conditions aux chômeurs en fin de droits, progressent de 1,5 %.

Les pensions de retraite et les allocations familiales augmentent de 0,3 %.

 

Baisse des tarifs réglementés du gaz

Ces tarifs, que pratiquent Engie et des régies locales de distribution (RLD), diminuent de 1,9 %, un deuxième mois consécutif de repli, révèle dans une délibération du 13 décembre dernier la Commission de régulation de l’énergie (CRE), qui a contrôlé la validité du barème proposé par le groupe.

Selon les usages, le montant de facture annuelle d’un consommateur moyen (hors taxes et contribution tarifaire d’acheminement) recule de :

  • 0,6 % pour la cuisson ;
  • 1,2 % pour la cuisson et l’eau chaude ;
  • 2 % pour le chauffage ;
  • 2,3 % pour la petite chaufferie.

 

Élargissement du chèque énergie

Au nombre de 3,6 millions en 2018, les ménages percevant cette aide au paiement des factures d’énergie devront être quelque 5,8 millions l’année prochaine. En effet, le montant du Revenu Fiscal de Référence par unité de consommation ouvrant droit au chèque énergie passe de 7 700 € à 10 700 €.

En 2019, les 3,6 millions de bénéficiaires actuels verront leur chèque augmenter de 50 € pour atteindre une somme variant, suivant la composition et les revenus du foyer, de 98 à 277 €. En moyenne, ils ont droit à 200 €. Pour les foyers nouvellement éligibles, le montant versé est compris entre 48 et 76 € (source : arrêté du 26 décembre 2018 modifiant le plafond et la valeur faciale du chèque énergie).

Pour consulter l’arrêté, cliquez ici

Pour vérifier votre éligibilité, vous pouvez utiliser un outil disponible sur le site chequeenergie.gouv.fr.

 

Relèvement des prix des timbres

Les tarifs postaux augmentent. Dans le détail, vous devez payer :

  • 1,05 € pour une lettre prioritaire de moins de 20 grammes,
  • 0,88 € pour une lettre verte,
  • 0,86 € pour un Ecopli,
  • 1,28 € pour une lettre suivie,
  • 4,18 € pour une lettre recommandée.

 

La prime à la casse

Le montant maximal de la prime à la casse, officiellement appelée prime à la conversion pour l’acquisition d’un véhicule neuf ou d’occasion fonctionnant à l’essence ou au diesel, double ! Il passe en 2019 de 2 000 € à 4 000 €. Il atteint même      5 000 € pour l’achat d’un véhicule électrique ou hybride.

Attention, seuls seront éligibles à cette mesure les 20 % de ménages les plus pauvres et les actifs non imposables obligés à de longs déplacements d’au moins 60 kilomètres pour se rendre à leur travail (source : décret n° 2018-1318 du 28 décembre 2018 relatif aux aides à l’acquisition ou à la location des véhicules peu polluants).

 

Découvrez également les évolutions fiscales dans notre article sur la Loi de Finance 2019

 

© Timour Aggiouri – Dossier Familial – janvier 2019 – Crédit photos : Istock / Shutterstock

 


Votre épargne

Au Crédit Agricole Alsace Vosges, découvrez tout votre potentiel !

Epargner est bien souvent la première étape pour donner vie à ses envies, se projeter, ou simplement se protéger, soi–même et sa famille. Tout au long de votre vie, vos besoins évoluent, et c’est à votre épargne de s’adapter. Nous sommes là pour vous y aider, avec Trajectoires Patrimoine !

Mis en ligne le : 10 janvier 2019

Lire la suite

Votre fiscalité

Loi de finances 2019 : quelles nouveautés ?

Adoptée le 20 décembre 2018 par l’Assemblée Nationale, le texte définitif a été publié au Journal officiel le 30 décembre dernier. Un certain nombre de dispositifs fiscaux ont été reconduits, découvrez tout de suite lesquels, dans notre article !

Mis en ligne le : 11 janvier 2019

Lire la suite

Votre engagement

Assemblées Générales 2019 : faites entendre votre voix !

Du 7 février au 29 mars, les Caisses Locales réuniront leurs sociétaires à l’occasion des Assemblées Générales. Temps fort de notre modèle coopératif et mutualiste, cet événement permet à nos sociétaires de participer à la vie de notre Caisse Régionale et de nos territoires. Découvrez ou redécouvrez tous les avantages à être ou devenir sociétaire !

Mis en ligne le : 11 janvier 2019

Lire la suite

Votre quotidien

Le Groupe Crédit Agricole s’engage pour soutenir le quotidien des Français

En septembre dernier, la Fédération Bancaire Française publiait des recommandations pour accompagner la clientèle fragile financièrement. Dans ce cadre, les établissements bancaires s’étaient engagés à : Mettre en avant les services d’information et d’alertes permettant de prévenir les incidents de paiement Améliorer le contenu de l’offre dédiée aux clients fragiles Promouvoir cette offre auprès des clients concernés […]

Mis en ligne le : 11 janvier 2019

Lire la suite

Focus

Voeux 2019

  En ce début d’année 2019, l’ensemble du Crédit Agricole Alsace Vosges vous présente ses vœux sincères, de santé, bonheur et réussite pour vous et vos proches. Vous trouverez dans nos articles ce mois-ci, quelques preuves concrètes de notre engagement pour vous soutenir au quotidien, mais aussi de notre volonté de vous accompagner dans vos […]

Mis en ligne le : 17 janvier 2019

Lire la suite

Vidéo du mois