Retour à l'accueil

Votre logement

Économies d’énergie  |  E-lettre numéro 54 -

Les dépenses d’énergie liées au logement représentent 4,9 % du budget des ménages en 2016 (source : Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire) et presque le double (8,5%) pour un logement chauffé au fioul. Pour mieux maîtriser vos  factures, découvrez tout d’abord quelques astuces. Dans un second temps nous vous proposons quelques conseils pour optimiser une rénovation !

Comment réduire sa facture d’énergie ?

Électricité et gaz : comparer les offres

Changer d’opérateur d’électricité et de gaz peut faire réaliser de substantielles économies. Désormais, à côté des enseignes historiques EDF et Engie (anciennement GDF-Suez), il existe une quinzaine de fournisseurs : Alterna, Antargaz, Direct Énergie, Dyneff, Énercoop, Énergem, Énergies du Santerre, Eni, Lampiris, Lucia, Planète Oui, Proxelia…

Utiliser le comparateur mis en place par le médiateur de l’énergie permet de balayer toutes les offres disponibles près de chez soi (comparateur-offres.energie-info.fr ou 0 800 112 212, appel gratuit d’un poste fixe, du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 18 heures).

Avant d’arrêter votre choix, vérifiez si le tarif de votre contrat est fixe ou indexé. Un prix fixe ne varie pas pendant la durée convenue par le contrat (un, deux ans, etc.) ; à l’inverse, un prix indexé évolue en fonction d’une valeur de référence indiquée dans le contrat.

Commander du fioul au meilleur prix

Chauffer sa maison au fioul revient en moyenne à 1 360 € par an. Réduisez la note en achetant groupé. L’UFC-Que Choisir, à travers sa filiale, la SAS Que Choisir, propose aux ménages chauffés au fioul de se rassembler pour faire baisser la facture ! Après le succès des campagnes régionales organisées en 2015 et 2016, l’opération est généralisée à tout le territoire. Les campagnes (douze par an) s’étalent successivement, chaque premier vendredi du mois, sur toute la France Métropolitaine (à l’exception de la Corse). Inscription sur choisirsonfioul.fr

En vous renseignant sur le prix du fioul dans votre région et en créant des alertes sur le site de Total, fioulmarket.fr, vous pouvez également profiter des ventes flash et acheter au meilleur moment.

Facture d’eau : comment payer moins

Une chasse d’eau qui fuit libère 80 litres d’eau par heure, un robinet qui laisse échapper un filet d’eau 60 litres, ou qui goutte 4 litres. Traquez toutes les fuites en relevant le compteur le soir et en vérifiant si le même chiffre s’affiche le lendemain matin. Remplacez votre vieille chasse d’eau, qui consomme 9 à 10 litres, par un système à deux vitesses – 3 et 6 litres –, vos robinets mélangeurs par des mitigeurs, et adoptez les douchettes éco à jet plus fin, au débit moindre.

Dans une maison, utilisez les eaux de pluie pour arroser le potager ou la pelouse, ou laver la voiture. Un récupérateur en polyéthylène, très opaque, limitera le développement des bactéries (à partir de 99 €). Grâce à une pompe électrique, vous pourrez puiser l’eau facilement sans avoir à remplir des arrosoirs.

Facture d’électricité : 5 gestes pour la faire baisser

Benjamin Fallais, président de l’association Conseils thermiques

  1. Éteindre les appareils en veille (téléviseurs, ordinateurs, etc.). La box de la télévision, par exemple, consomme en veille presque autant (80 %) que lorsqu’elle fonctionne !
  2. Remplacer ses ampoules basse consommation par des LED. Pour le même prix, elles durent trois fois plus longtemps.
  3. Dégivrer réfrigérateur et congélateur au moins deux fois par an : il suffit de 1 mm de givre sur les parois pour augmenter la consommation de vos appareils de 5 %.
  4. Tester les joints de porte du réfrigérateur et du congélateur pour éviter les déperditions de froid : fermer la porte sur une feuille de papier et tirer. Si elle glisse facilement, il faut changer le joint.
  5. N’utilisez son sèche-linge que c’est lorsque c’est vraiment indispensable. Ces appareils, à évacuation ou à condensation, sont extrêmement énergivores.

Chantal Masson – Août 2016

Toit, murs, sol, fenêtres : comment bien isoler son logement ?

Tous les travaux d’isolation n’ont pas la même performance. Nos conseils pour miser sur les plus rentables et éviter les erreurs.

Le toit : la priorité des priorités

L’air chaud monte… et s’échappe par la toiture si celle-ci n’est pas équipée pour le retenir. « C’est la plus grande source de déperdition d’énergie dans une maison, qui voit ainsi s’envoler 25 à 30 % de sa chaleur », rappelle Florence Clément, de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Même les logements isolés depuis quelques décennies sont concernés car « les matériaux s’usent et les épaisseurs d’isolants installées à l’époque étaient plus faibles que celles recommandées aujourd’hui », relève la spécialiste de l’Ademe.

Si les combles sont perdus (c’est-à-dire non aménageables), mais accessibles, il faudra y dérouler des matériaux isolants, ou les souffler à l’intérieur en les propulsant à l’aide d’une machine. « C’est une technique très utilisée en présence de charpentes légères industrielles », indique David Morales, artisan spécialiste de l’isolation, président UNA métiers et techniques du plâtre et de l’isolation. C’est l’une des techniques d’isolation les moins onéreuses, entre 18 et 60 € par mètre carré isolé.

Vos combles sont aménageables ? Afin de préserver l’espace habitable, l’idéal est de disposer deux couches de matériaux isolants
 le long de la toiture, puis de les recouvrir d’un parement de finition (bois, plaques de plâtre…). Budget : 60 à 120 € par mètre carré, sans compter les travaux de décoration… Même principe si les combles sont déjà aménagés.

Pour éviter de tout casser pour refaire l’isolation, une autre technique consiste à retirer les tuiles en vue d’isoler le toit par l’extérieur avant de les replacer. Le coût est nettement plus élevé : 120
 à 300 € par mètre carré. Elle s’applique aussi à un projet d’isolation des combles perdus inaccessibles. Si vous êtes contraint de refaire la toiture, profitez-en d’emblée pour bien isoler et ne plus avoir à y revenir…

Les murs : choisir la bonne technique

C’est, après le toit, la plus importante source de déperdition : les murs peuvent laisser s’échapper 20 à 25 % de la chaleur, même s’ils sont très épais.

Pour isoler les murs, la solution la plus efficace, privilégiée notamment dans les pays du nord de l’Europe, est de les envelopper
 de matériaux isolants : le froid ne pénétrera pas dans la paroi. Cela évite aussi les ponts thermiques. Mais il est dommage de dissimuler ainsi, sous un isolant recouvert de crépi ou de bois, les belles façades en pierre ou à colombages des maisons anciennes. En outre, dans ces maisons traditionnelles, les murs ont souvent besoin de respirer : couper leurs échanges a pour effet de bloquer l’humidité à l’intérieur. Enfin, cette technique revient un peu plus cher (120 à 300 € par mètre carré, le plus souvent) que l’isolation des murs par l’intérieur, plus répandue en France.

Cette autre solution consiste à doubler de l’intérieur les murs avec de l’isolant. Mais ils gagnent alors dix à quinze centimètres d’épaisseur, ce qui réduit la superficie de la pièce.

L’isolation par l’intérieur oblige aussi à quelques ajustements de plomberie et d’électricité. Les interrupteurs électriques, par exemple, doivent être reposés sur le mur doublé.

Le sol, un atout pour le confort

Seulement 7 à 10 % de la chaleur de la maison s’échappent par le sol. Mais la sensation de froid ressentie lorsqu’il est mal isolé incite parfois à surchauffer les pièces du rez-de-chaussée, ce qui alourdit inutilement la facture d’énergie. « Le vide sanitaire sur lequel sont construites beaucoup de maisons est un gouffre d’air froid qui remonte par le sol », explique Florence Clément. D’où l’intérêt d’installer des plaques isolantes au plafond du sous-sol. « S’il est possible d’y accéder, c’est assez simple. Prévoyez un budget de 4 000 à 8 000 € environ pour une surface de 100 mètres carrés », explique Giovanni Lecat.

Mais certaines maisons, sans sous-sol ni vide sanitaire, souffrent aussi de déperdition par le sol. « Dans ce cas, la seule solution est de casser le carrelage ou le parquet existant, pour poser l’isolant avant de refaire une chape et d’installer un nouveau revêtement », explique le spécialiste de Thermorénov. Au prix de l’isolation elle-même s’ajoute le coût de l’évacuation des gravats, de la chape et des revêtements choisis. Le budget peut donc doubler, ou tripler, par rapport à l’isolation par le dessous.

Les fenêtres ou les portes palières ?

Si votre séjour profite d’une grande baie vitrée des années 1970 ou 1980, ou si votre maison compte de nombreuses fenêtres à simple vitrage qui joignent mal, les changer vous aidera à réaliser de réelles économies de chauffage. Selon les statistiques de l’Ademe, les fenêtres sont responsables de 10 à 15 % des déperditions de chaleur, et là encore, le froid ressenti à cause de ces parois froides incite à surchauffer la maison. De bonnes fenêtres, bien posées par un professionnel, assurent un meilleur confort et ôtent l’envie de pousser le thermostat. Mais attention à ne pas mégoter sur la qualité. Côté matériaux, le PVC est plus isolant que l’aluminium, par exemple. Mais vous devez surtout regarder le coefficient Uw, qui permet de juger de l’isolation de la fenêtre dans son intégralité. Plus il est faible, meilleure est l’isolation thermique.

Pour des fenêtres (le vitrage et la menuiserie), l’indice Uw ne doit pas dépasser 1,3 et il est même possible de descendre en dessous de 1 avec des triples vitrages. Surveillez aussi l’indice Sw qui mesure la capacité du soleil à chauffer la maison à travers la vitre. Excepté dans le sud, un Sw faible (0,6 par exemple) est utile.

« Attention, les vieilles fenêtres mal isolées ventilent aussi le logement. La pose de nouvelles fenêtres plus performantes peut déclencher des problèmes d’humidité dans le logement, si la ventilation n’est pas adaptée en conséquence », avertit Jean-Jacques Barreau. Si vos fenêtres sont déjà à double vitrage, il est parfois plus efficace de concentrer vos efforts sur les portes. « Celle de l’entrée est souvent une véritable passoire », souligne Jean-Jacques Barreau, comme celles qui séparent les parties chauffées de la maison des autres (la porte qui donne dans le garage ou la buanderie par exemple).

Pensez également aux volets non ajourés, qui peuvent apporter un supplément d’isolation pendant la nuit.

Choisir les bons matériaux

Pour comparer efficacement des devis et obtenir une bonne isolation, surveillez la qualité des matériaux proposés. Quelques indicateurs vous aident.

Le coefficient de conductivité thermique lambda indique la capacité de l’isolant à conduire la chaleur. Plus ce coefficient est élevé, plus le matériau est isolant. Les produits courants ont
 un coefficient compris entre 0,025 et 0,05 W/m.K.
La résistance thermique R exprime la performance de l’isolant. Plus le R est élevé, meilleure est l’isolation.

Pour bénéficier du crédit d’impôt, vous devez faire poser des matériaux répondant à des critères techniques précis, imposés par la réglementation pour assurer une bonne isolation et que les artisans consciencieux respectent.

« Ces critères n’ont pas été choisis au hasard », rappelle David Morales. Mais, pour les fenêtres, qui n’entrent plus dans le champ du crédit d’impôt, vous devez lire attentivement le devis et vérifier la performance de
la fenêtre que vous achetez, pour ne pas risquer de surpayer un produit de médiocre qualité.

Quel crédit d’impôt, aujourd’hui ?

UN CRÉDIT VOUS ENGAGE ET DOIT ÊTRE REMBOURSÉ. VÉRIFIEZ VOS CAPACITÉS DE REMBOURSEMENT AVANT DE VOUS ENGAGER.

Si vous isolez votre résidence principale, que vous soyez propriétaire ou locataire, vous bénéficiez du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) égal à 30 % du prix des matériaux TTC. S’y ajoute le coût de la main-d’œuvre (pose) lorsque vous isolez le toit, les murs et les planchers bas. L’opération doit être réalisée par un professionnel qui a obtenu la qualification RGE pour les travaux que vous envisagez. Le montant des dépenses éligibles est plafonné à 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple soumis à imposition commune (majoration de 400 € supplémentaires par personne à charge). Attention, désormais, les portes d’entrée, les fenêtres et les volets isolants ne sont plus éligibles à cet avantage fiscal.

 

Pauline Clément – Octobre 2018

Bon à savoir
Vous souhaitez vous lancer dans des travaux ?
ÉS Énergies Strasbourg et le Crédit Agricole Alsace Vosges s’associent pour vous accompagner dans le financement de vos projets de rénovation ou d’économie d’énergie (1). Gratuit, sans engagement, facile et 100 % personnalisable selon le montant que vous souhaitez emprunter, découvrez notre simulateur en ligne ici.

(1) Sous réserve d’acceptation de votre dossier par le Crédit Agricole Alsace Vosges prêteur. Vous disposez d’un délai légal de rétractation. Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Alsace Vosges, société coopérative à capital variable, agréée en tant qu’établissement de crédit – Siège social situé 1, place de la gare – BP 20440 – 67008 Strasbourg Cedex – 437 642 531 – RCS Strasbourg – Société de courtage d’assurance immatriculée au Registre des Intermédiaires en Assurance sous le n° 07 008 967. Crédit photo : iStock.


Votre logement

Du nouveau dans l’Espace Projet Habitat !

L’Espace Projet Habitat (1) du Crédit Agricole Alsace Vosges est un espace unique dédié à vos projets immobiliers. Grâce à cette solution, réalisez des simulations, échangez avec votre conseiller et suivez l’avancement de votre dossier, de la simulation au déblocage des fonds !   Vous avez un projet ? Parlez-en avec votre conseiller, il pourra vous […]

Mis en ligne le : 22 novembre 2018

Lire la suite

Votre famille

Prendre soin de son enfant, c’est aussi le protéger !

Dès leur plus jeune âge, les enfants sont exposés à de nombreux risques, lors du trajet domicile – école, ou pour les plus petits lorsqu’ils sont gardés par un tiers. Nous le savons, un accident est vite arrivé ! Alors pour savoir si vous êtes bien préparé à un éventuel accident, voici un récapitulatif des différentes […]

Mis en ligne le : 20 novembre 2018

Lire la suite

Votre engagement

Découvrez le patrimoine de notre territoire

Patrimoine, culture, loisirs, caritatif… Le Crédit Agricole Alsace Vosges et ses Caisses locales s’engagent sur leur territoire auprès de nombreuses associations. Focus sur un haut-lieu des vignobles alsaciens, le Château de Schwendi pour lequel la Fondation Crédit Agricole – Pays de France et le Crédit Agricole Alsace Vosges ont renouvelé leur soutien.   Situé à quelques […]

Mis en ligne le : 16 novembre 2018

Lire la suite

Votre fiscalité

Dernières semaines pour réduire votre impôt 2019

Les revenus perçus en 2018 sont exonérés d’impôt, en raison de la mise en place de son prélèvement à la source au 1er janvier 2019. Mais les réductions et crédits d’impôt ne seront pas perdus pour autant. Vous avez jusqu’au 31 décembre 2018 pour en profiter. À compter du 1er janvier 2019, votre impôt sur […]

Mis en ligne le : 15 novembre 2018

Lire la suite

Votre protection

Jeu Nexecur

      Découvrez dès maintenant 10 conseils pour éviter les mauvaises surprises !   1. Ne pas annoncer votre départ sur les réseaux sociaux Afin d’éviter tous risques de cambriolages, il convient de ne pas annoncer votre départ en vacances n’importe où et de ne surtout pas le dire à n’importe qui. Cela reviendrait à […]

Mis en ligne le : 19 novembre 2018

Lire la suite

Focus

Faisons le point

Mis en ligne le : 26 octobre 2018

Lire la suite

Vidéo du mois